Lescure

Louis-Marie de Salgues, marquis de Lescure, né à Versailles le 13 Octobre 1766 mort à La Pellerine(Mayenne), le 4 Novembre 1793, était un militaire français, opposant à la Révolution Francaise. Il est surnommé "Le Saint du Poitou". 

Lescure, était un homme d'une très grande piété. Surnommé le Saint du Poitou, il a servi la cause vendéenne avec courage et dévouement. Son entêtement et son manque de discernement ont pourtant conduit les Vendéens à la défaite, à Luçon puis à Clisson. Lescure n'était pas le stratège le plus éclairé qu'aient connu les Vendéens, mais il fut un bon général, tant qu'il ne décida pas lui même des plans de batailles...

C'est La Rochejaquelein qui, avec l'armée du Poitou dont il a pris la tête et l'armée d'Anjou qu'il a rejointe, vient délivrer les prisonniers. A l'approche des insurgés, les Républicains prennent la fuite, en oubiant leurs prisonniers... Sitôt libre, Lescure rejoint la grande armée. A la tête des hommes de Bressuire, il est de toutes les batailles, toujours aux avant-postes. Le 5 mai à Thouars , le 25 à Fontenay le Comte. A Fontenay, sa répartie à la Ville de Baugé est restée célèbre; après que l'assaut ait été donné, ses hommes s'arrêtent pour prier au pied d'un calvaire; la Ville de Baugé lui demande de les faire avancer.
Lescure aurait alors répondu : Laissez-les prier, il se battront mieux..
Il est blessé le 9 juin, pendant la bataille de Saumur. Le lendemain, il élit le 1er généralissime : Cathelineau.
Le 29, juin, pendant que les Vendéens attaquent Nantes, il reste en repli en Deux-Sèvres pour stopper Westermann. Mais pendant que Cathelineau se meurt à Nantes, il peine face à Westermann. Obligé de reculer d'abord à Parthenay, il lâche le Bois- aux-Chèvres puis Châtillon .

Le 5 juillet, les Vendéens défaits à Nantes se replient sur leurs terres, et sur le chemin du retour attaquent Westermann par surprise. Aux ordres de Bonchamps et derrière Lescure et Marigny, les Vendéens se battent 3 jours durant contre les républicains. Au prix de combats acharnés, les insurgés reprennent la place mettant en déroute quelques 12 000 républicains. Marigny dont la pitié n'était pas le fort, poursuit les fuyards et sabre ceux qui sont à sa portée.
Lescure, qui est un homme juste et qui n'a jamais fait coulé le sang par plaisir, s'interpose. Avec beaucoup de difficultés, il arrête son cousin.
Lescure ce jour là méritait son surnom de Saint du Poitou ...
Au côté de Charette, le 22 septembre, Lescure enlève la ville de Saint-Fulgent.
Le 15 octobre, pendant qu'il attaque la Tremblaye (près de Cholet), il reçoit une balle à la tête. La balle d'un Vendéen semble-t-il. Qui a dit gardez-moi de mes amis ... ? Non, non, ce n'est pas lui...
Après la défaite de Cholet du 17 octobre, bien que mourant, il suit les Vendéens outre Loire. Il ne peut pas marcher, et, c'est traîné dans une berline qu'il accompagne les Vendéens à travers la virée de Galerne.
Le 19 octobre, le conseil de guerre se réunit à Varades pour élire le nouveau généralissime, en remplacement de d'Elbée grièvement blessé pendant la bataille de Cholet. Lescure propose Henri de la Rochejaquelein. Sa proposition est adoptée.

Il meurt des suites de ses blessures le 4 novembre 1793 sur la route entre Ernée et Fougères.
Le service funèbre a lieu le lendemain dans la ville de Fougères. Son corps est enterré près d'Avranches, en pleine nuit, pour éviter que les républicains ne le retrouvent et l'exhument.
Sa dépouille ne sera jamais retrouvée.

Lescure 2